Logo TransVIE

Notices bibliographiques

Malaise dans la procréation. Les femmes et la médecine de l’enfantement

Marie-Magdeleine CHATEL, 1993

Albin MICHEL
185 p. 89 F.

Marie-Magdeleine Chatel psychologue durant 15 ans dans un service de gynécologie et obstétrique (où elle pratiqua notamment les entretiens pré-avortement prévus par la loi), dénonce les effets psychiques ravageurs de l’intrusion de la médecine dans le domaine de la procréation. Sa thèse centrale est qu’en donnant l’impression de pouvoir matérialiser nos phantasmes (phantasme du droit à l’enfant dans les procréations médicalement assistées, phantasme de la sexualité déconnectée de tout engagement procréateur dans l’avortement et la contraception), la médecine de la procréation en vient à tuer le désir lui-même, et avec lui la fécondité, l’autre fécondité, celle qui naît du travail ordinaire d’ajustement entre le désir (le phantasme) et la réalité. Malaise dans la procréation aboutit à la conclusion que, impuissante à répondre aux désirs cachés qu’elle prétend assouvir, la médecine de la procréation, en s’aventurant dans un domaine qui n’est pas le sien, en vient à en exacerber les maux et les frustrations ( Marie-Magdeleine Chatel parle de “médecine infertilisante”). On suit aisément l’auteur dans ses conclusions, un peu moins dans son approche trop psychanalytique à notre goût : envisager le problème de l’avortement sous le seul angle du désir d’enfant nous paraît un peu court ; la femme (et l’homme) que nous présente l’auteur nous paraît anormalement dénuée de sens moral - le désir est une chose, la perception du bien et du mal en est une autre, étrangement absente dans ce livre. On regrettera quelques affirmations péremptoires, par exemple lorsque l’auteur affirme que la légalisation de l’avortement n’en a pas accru le nombre, une thèse fort répandue dans l’opinion, mais désormais incontestablement récusée par les données statistiques.
Au-delà des thèses et hypothèses, reste dans Malaise dans la procréation une illustration marquante des difficultés psychologiques qui entourent l’avortement et les PMA. Ce livre suffirait à lui seul à démontrer l’existence d’un syndrome post-abortif, ou l’existence d’avortements de convenance d’un esprit tout à fait contraire à celui de la loi Veil-Pelletier.
Précédante - Fiche 557 - Suivante


© TransVIE - Tous droits réservés - Transvie • Nous contacter