Accueil
Catalogue

Doe réclame la ré-ouverture de son procès

USA, Avortement

2003-08-26

L'ancienne jeune femme qui avait concourru avec "Roe" à la légalisation de l'avortement aux Etats-Unis en 1973 a, elle aussi, fait savoir à la presse qu'elle lançait une procédure de révision de son procès en vue d'obtenir l'anulation de la décision élargissant l'avortement légal.

Dans le (plus célèbre) cas "Roe contre Wade", la Cour suprême avait obligé les Etats de l'Union à légaliser l'avortement sur demande dans les premiers mois de la grossesse, et au moins pour raisons de santé au-delà. Les mouvements pro-avortement avaient alors monté en épingle une affaire connue sous le nom "Doe contre Boston" pour faire préciser aux juges la notion de "santé". Les juges avaient alors décidé que la "santé" devait être entendue au sens le plus large, incluant "tous les facteurs - physiques, émotionels, psychologiques, familiaux et l'âge de la femme", ce qui revenait dans la pratique à légaliser l'avortement sur-demande à tous les trimestres de grossesse.

S'exprimant devant la presse, Sandra Cano - alias "Doe" - a expliqué que l'avortement avait blessé des millions de femmes, et qu'elle regrettait d'en avoir été l'instrument.
En fait, Sandra Cano recherchait de l'aide non pas pour avorter mais pour divorcer d'un mari reconnu coupable de sévices à enfants et pour retrouver la grade de ses deux précédents enfants placés. Mais l'avocat pro-avortement auquel elle s'adressa trouva judicieux de l'exploiter pour abattre la loi de Géorgie qui requierait que trois médecins certifient qu'un avortement était médicalmeent justifié.

La ré-ouverture du procès, si elle est acceptée par la Cour, serait basée sur le fait qu'en 1973, la justice n'avait pas suffisament de preuve que l'avortement est dangereux pour les femmes, contrairement à ce que l'on sait aujourd'hui.

http://www.operationoutcry.org/
ID : 105
Précédente - Fiche 105 - Suivante


© TransVIE - Tous droits réservés - Transvie • Nous contacter